Magazinevideo > Caméra & Photo, Stabilisateur, Drone > Tests photo > Tests Full Frame, hybrides et DSLR

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Test Panasonic Lumix DC-G90

le petit GH aussi à l'aise en photo qu'en vidéo

 

15 octobre 2019 par Thierry Philippon

Acheter

PANASONIC LUMIX DC-G90 NU

PANASONIC LUMIX DC-G90 + 12-60MM

Aide Digit-Photo

Le site de vente en ligne DIGIT-PHOTO est un spécialiste du secteur photo-vidéo, pour amateurs comme pour professionnels. C'est une enseigne sérieuse que nous vous recommandons. Le site est basé en France (à Metz), il applique le droit français (TVA) et paye ses impôts... en France ! :)
Les tarifs sont alignés sur ceux des autres sites avec la TVA, ce qui vous évite tout problème ultérieur avec les douanes.
Les frais de port sont gratuits dès 40 € d'achat, avec une expédition en 24H.

Retourner le matériel est possible et facile. Il dispose d'un magasin physique si vous souhaitez y tester un appareil.

C'est un site que nous avons testé avec des ventes réelles avant de devenir partenaire. Et les résultats ont été très bons.

Nous percevons un petit pourcentage sur les ventes, sans que le prix soit plus élevé pour vous, bien entendu.

Prix fabricant : 889 Euros Prix fabricant : 1100 Euros
 

G90 lumix

En vente depuis juin 2019, le boîtier hybride Lumix G90, se présente, de l'aveu même de Panasonic, comme un boîtier polyvalent, baroudeur, aussi à l'aise en photo qu'en vidéo. Il succède au G80 (2016), et s'inscrit dans la lignée des boîtiers Lumix. Il est considéré comme le "petit frère" des GH5 (2017) et du G9 (2017), mais du moins pour le profane, seul un examen détaillé permet vraiment de mesurer ce qui lui manque, ce qui n'est pas évident à première vue !


Tropicalisé, le G90 un boîtier micro 4/3 à optique interchangeable, viseur OLED 2 millions de pixels, capteur 20 Mp stabilisé sur 5 axes et des fonctions vidéo hauts de gamme (4K, ralenti, stabilisateur 5 axes, Profils d'image, réglages perso AF, multiples raccourcis Fn, prises Mic / casque, etc.). Même l'enregistrement vidéo continu au-delà des 30 minutes fait partie de la panoplie. Le G90 revendique aussi du V-Log intégré d'origine, sans option payante, mais en 8 bits.


Le G90 prouve - s'il en était besoin - que le micro 4/3 a encore de belles années devant lui, attendu que ce format représentait en France (en 2018) quasiment 1 vente sur 2 d'hybrides, dans un marché lui-même (celui des hybrides) qui vient de dépasser celui des reflex... mais il est vrai que ce sont surtout les hauts de gamme qui tirent le marché vers le haut.


Son tarif est l'autre de ses atouts, puisqu'il a baissé d'environ 100 euros depuis sa sortie, ce qui, à 999 euros prix catalogue, 890 euros prix réel, en fait un matériel attractif et justifie doublement d'en parler avec un léger décalage dans temps.


Précisons par ailleurs qu'on trouve ce modèle sous deux références DC-G90 et DC-G91 qui ont de toutes petites différences internes sur lesquelles je reviens. Autres modèles, les DC-G95 et DC-G99 ne nous concernent pas, étant réservés pour le premier au pays de l'Oncle Sam et pour le second, au Japon. Pour ma part, j'ai testé le DC-G90.


Les kit DC-G90 / DC-G91 se composent des accessoires suivants : capuchon, Couvercle de griffe, Bloc-batterie, Chargeur de batterie (adaptateur secteur, câble de connexion USB inclus), câble de connexion USB, bandoulière.


Passons au test tant photo que vidéo.


télécharger
Vous pouvez apprécier la qualité réelle de certains fichiers bruts du Lumix DC-G90 en consultant la rubrique Télécharger du Forum.

> LIRE LA SUITE : Capteur, stabilisation

Capteur, stabilisation

capteur G90

Côté captation des images, on a affaire à un capteur micro 4/3 (17.3 x 13 mm) qui revendique 20.3 Mp et une absence de filtre passe-bas, améliorant la colorimétrie. L'air de rien, le G90 est donc affublé du même capteur que celui du G9 ou du GH5 et profite au passage des performances reconnues de ce capteur. Conséquence de l'absence de filtre passe-bas, le moiré est quasiment absent en FullHD.


A titre de comparaison, le capteur n'est pas d'une résolution exceptionnelle pour cette gamme d'appareils, le a6400 de Sony par exemple totalise 24 Mp et le Fujifilm X-T30 atteint 26 Mp. Mais retenez que la course aux pixels n'est pas toujours la bienvenue, prendre des photos en 20 Mp pour les envoyer par smartphone, n'est pas forcément la meilleure idée car elles pèsent plus lourd et sont parfois plus interpolées.


Par contre, le processeur du G90 est identique au prédécesseur (G80) et donc moins bon que celui du G9 ou du GH5. D'ailleurs l'absence de 6K prouve les limites du processeur.


Le capteur et le processeur consomment peu, réduisant la chauffe. D'ailleurs le boîtier peut enregistrer en vidéo en continu, au-delà de 30 minutes, un signe qui ne trompe pas.


12-60mm

Le "facteur crop" (crop factor) présent sur tous les boîtiers M43 est de x2. Ainsi le zoom 12-60 mm du test équivaut à un 24-120 mm. Ce nombre s'obtient en calculant le ratio de la diagonale d'un film 35mm (43.27 mm) par la diagonale du micro 4/3 (21.64 mm). Problème, on est revenu au péché mignon des GH3 ou GH4, à savoir un crop supplémentaire pour la vidéo 4K qui est de x1.25. La raison technique est que le DC-G90 n'exploite pas la totalité du capteur M43 mais seulement une partie. Seul avantage, le rolling shutter est très faible.


Du coup, un 12mm équivaut à un... 30 mm en 4K ! Et avec le stabilisateur (voir plus bas), l'angle se réduit encore un peu ! Même sur un GH4, il est un peu plus limité (27,8 mm). Il faudra filmer plutôt en FullHD ou se contenter de ce semi -grand-angle de base.


Notez qu'un crop factor n'a pas que des inconvénients. En effet, plus le crop est important, plus la focale Télé proposée est longue. Ainsi dans le cas du 12-60 mm, en 4K, la focale résultante est de 150 mm, ce qui permet d'évoluer entre des portraits et des plans moyens.


FHD FHD

FHD sans stabilisation électronique


 


FHD avec stabilisation électronique


 


4K 4K

4K sans stabilisation électronique


 


4K avec stabilisation électronique


 


Conclusion : on voit nettement l'angle de champ se réduire d'une part de FHD en 4K, puis encore un peu plus lorsque le stabilisateur électronique est activé.
stabilisation

Le stabilisateur 5 axes du G90 est ultra efficace à main levée, en photo par faible obturation ou de jour, au téléobjectif ou bien encore en marchant en vidéo. Même avec une optique ancienne (sans profiter du Dual 2), le résultat est bluffant. En photo, le gain irait jusqu'à 5-IL au maximum. En vidéo, nos fichiers-tests sont particulièrement parlants. Bref, la stabilisation est réellement efficace en bien des circonstances.


On retrouve en fait la logique propre aux autres boîtiers récents de la marque, c'est à dire que Panasonic fait appel à plusieurs sources de stabilisation : soit au niveau du capteur (= boîtier), soit au niveau de l’optique, soit encore par le biais de l'électronique. Les deux premiers types de stabilisation, s'ils sont activés (Mode de fonctionnement) sont associés. Sur écran, on voit le pictogramme d'une main avec la mention Dual 2. Notez que sur le 12-60 mm du kit ou le 14-42 mm, il n'existe pas de curseur de désactivation au niveau de l'optique, contrairement au 14-140 mm qui en est pourvu.


stabilisation

La stabilisation capteur et / ou optique se cumule, car elle permet ainsi de bénéficier d'une stabilisation partielle même avec des optiques non-Lumix. Ainsi, avec des téléobjectif Nikkor par exemple, la stabilisation du boîtier peut quand même être effective.


Enfin, une "troisième" stabilisation concerne la stabilisation électronique qui s'active dans le Menu (Stab. vidéo oui / non). Elle est intéressante à activer car elle ne dégrade pas l'image puisqu'on a de la réserve de pixels, due au crop. En cas d'activation de cette fonction électronique, il y a deux conséquences pratiques : la petite main s'affiche avec des flèches directionnelles, traduisant les différents axes stabilisés. Et surtout, l’angle se réduit légèrement, d'environ 2 mm en équivalence 24x36 d'après nos estimations. Normal, puisqu'on "recadre". A en tenir compte dans le calcul global de réduction du grand-angle (crop + stabilisateur). Notez qu'on dispose aussi d'un verrouillage du stabilisateur.


Attention à une petite confusion classique : des possibilités sont dédiées à la photo (icone main avec flèche), que du coup, on ne retrouve pas en vidéo, celle-ci apparaît alors en grisé.


Enfin, un conseil : placez la stabilisation sur Off si utilisation d’un trépied.


stabilisateur Olympus

Même si la stabilisation du G90 est bonne, l’Olympus OM-D EM-1 Mark II, référence en matière de stabilisation, reste probablement meilleure surtout en marchant, car l'électronique de l'Olympus retaille davantage, et le crop est moins important.


Par ailleurs, en marchant, n'espérez pas atteindre la qualité de stabilisation d'un stabilisateur autonome qui reste la référence. Vu le poids moyennement léger du G90, un Zhiyun Weebill Lab ou un Ronin-SC, voire un Feiyu G6 Plus, vous permettra d'obtenir un résultat pro si telle est votre ambition.



(Test Panasonic Lumix DC-G90)

Optiques

Compatibilités optiques

Un petit mot sur les optiques compatibles. Pour bénéficier à fond des facultés du G90 (stabilisation 5 axes Dual 2...), il faut rechercher une optique pleinement compatible même si en réalité, le G90 peut également s'accoupler avec des optiques MFT (Micro Four Thirds) partiellement compatibles. Aujourd'hui une douzaine d'optiques Lumix sont 100% compatibles dont la nouvelle belle optique compacte 14-140 mm f/3.5-5.6 II.


Un tableau complet des compatibilités d'optiques est proposé par Panasonic pour s'y retrouver.


FS114-140

Parmi les optiques les plus intéressantes, la nouvelle optique 14-140 mm pèse 265 grammes seulement, ce qui est léger pour tel range, et dispose d'un commutateur OIS. Elle résiste désormais aux éclaboussures et à la poussière grâce à son revêtement tropicalisé. Cette caractéristique manquait cruellement aux deux précédentes optiques 14-140 mm avec lesquelles il ne faudra pas confondre la nouvelle référence (H-FSA14140), puisque c'est la 3e sur le marché ! Attention justement le kit proposé avec le G90 et le 14-140mm (1399 euros, prix catalogue) concerne l'optique 14-140mm non tropicalisée et non l'optique tropicalisée, non proposée en kit.


Si la recherche des grands-angles est un peu votre obsession, tablez sur le 7-14mm proposé autant par Olympus que Panasonic.


optique 12-60mm

L'optique Micro 4/3 12-60 mm qui m'a servi de test, est pleinement compatible avec le système de stabilisation Dual2 intégré du G90 mais il ne s'agit pas de l'optique haut de gamme DG VARIO ASPH (900€) signée Leica et ouvrant à F/2.8. Ici celle proposée en kit avec le G90 est la plus modeste optique 12-60 mm à moindre ouverture (F/3.5-5.6) valant bien moins chère (380€).


L'optique est constituée de 11 éléments incluant 3 lentilles asphériques et 1 verre à faible dispersion. Elle pèse 210 grammes seulement. Le diamètre du filtre est de 58 mm. L'optique bénéficie de joints d'étanchéité (humidité, poussières) pour être en cohérence avec le G90, lui-même tropicalisé.


La bague de zoom reste suffisamment courte pour tourner d'un seul coup comme le font les reporters télé. En vidéo, c'est très utile pour passer rapidement d'une position grand-angle à télé ou vice versa. En macro, on descend à 20 cm.


La bague de MAP tourne à l'infini comme sur les optiques actuelles et il n'y a aucun repère de distance ni d'ailleurs de réglage de diaphragme, seuls les repères de focales sont présents. Dommage. On ne dispose pas non plus d'un interrupteur qui permette soit de passer de l'AF au MF, soit de désactiver le stabilisateur.


12-100mm

Chez Olympus, vous pouvez aussi lorgner du côté de l'excellent 12-40 mm à ouverture f/2.8 constante, testé avec l'OM-D EM-1 MII, ou du vrai transstandard Zuiko 12-100 mm qui ouvre à f/4. Plus cher (1300 euros) et forcément un peu plus lourd (560 grammes), c'est une option malgré tout fort intéressante pour bénéficier d'un 24-200 mm de qualité.


Il faut citer aussi la tentative de percée des optiques Veydra, marque hong-konguaise qui propose des lentilles cinéma et que le site leblogphoto avait évoquées. Parmi ces optiques, des lentilles fixes de 12mm, 16mm, 25mm, 35mm et 50mm.


Le fabuleux 18-35mm de Sigma (nommé "Sigma Art") à ouverture constante f/1.8 vous tend aussi les bras mais il requiert une bague adaptatrice Metabones Speedbooster XL qui vaut assez chère (environ 600 euros). Avec l'optique Sigma à 759 euros, c'est un investissement de plus de 1300 euros, ce qui est un peu incohérent par rapport au prix raisonnable du DC-G90. Mais ça peut être un choix délibéré.


Conversion télé

Enfin signalons que le G90 autorise une augmentation de l’effet télescopique grâce à un téléconvertisseur incorporé. Peu connue, cette fonction permet en vidéo de multiplier la focale de base par 2,7x en Full HD ou par 4x en HD, sans perte très visible de la qualité. Pas de conversion à partir d'un signal 4K en revanche, dommage.


Conséquence indirecte, le recours au zoom numérique du G90 paraît assez superflu en FullHD, et de moindre intérêt en 4K. Laissez tomber.



(Test Panasonic Lumix DC-G90)

Prises de vues Photo, Vidéo, Photo 4K

RAW

En Photo, le Lumix G90 peut enregistrer des vues en RAW (extension RW2) ou en Jpeg ou les deux à la fois, en 5184 x 3888 pixels dans la résolution maximale. Le mode Rafale peut débiter 9 /images/seconde. Le nombre de photos dans une rafale peut atteindre au maximum 30 images avec des fichiers RAW et jusqu'à 600 images avec des fichiers Jpeg.


On retrouve les 4 multi-formats d'image auxquels Panasonic est coutumier : 1:1, 3:2, 4:3 et 16:9.


G90 raw

On apprécie plutôt qu'un dérawtiseur interne permette de traiter les vues RAW si vous ne voulez pas vous embêter avec un tel outil ou si vous voulez le faire tout de suite. Le traitement transforme vos vues RAW en Jpeg après les avoir filtrées selon 13 réglages possibles différents ! Cela va de la Correction de la luminosité à la Réduction du bruit en passant par la faculté de régler la luminosité des parties foncées ou d'ajuster la saturation.


Il existe tout de même un inconvénient à ce procédé, c'est que les images RAW sont forcément au format 4:3 même si vous avez choisi 3:2 dans le Menu. Mais par contre, les images RAW, traitées par le logiciel interne, seront converties en Jpeg en 3:2, ce qui peut jouer sur la qualité finale de la vue.


A défaut, vous pouvez dérawtiser dans un second temps avec le logiciel gratuit proposé par Panasonic, SILKYPIX Developer Studio, qui ne convertit pas en 3:2 et qui propose un traitement en Tiff, en plus du Jpeg.


photo 4K

Contrairement au GH5 ou même au G9, le G90 a fait l'impasse sur le mode Photo 6K (18 Mp). En revanche le mode Photo 4K (et le recadrage 4K), accessible depuis la molette de sélection à gauche, est bien présent en 8 Mp à 30 /images/seconde !


Pour rappel, cette fonction permet de prendre en rafale une séquence puis d'extraire la photo de son choix de cette séquence vidéo (mp4) dans une qualité supérieure. Il est possible de laisser l'automatisme marquer les visages ou le mouvement de la séquence enregistrée, pour les retrouver plus facilement. On peut aussi associer plusieurs vues ensemble (jusqu'à 40 images) pour réaliser des scènes composées.


Il existe 3 modes de rafale différents : celui que je préfère est le mode de Rafale classique (Rafale 4K) dans lequel on maintient le doigt sur le déclencheur. Il ne fait plus le bruit tonitruant d'une rafale de photos comme sur d'autres boîtiers, ouf !


Une carte UHS de vitesse 3 est nécessaire de préférence pour le mode Photo 4K.


G90 composition directe

On dispose aussi d'un mode Particulier - l'Enregistrement composite en temps réel - qui permet, la nuit, de capturer une série de photos dont l'appareil éliminera les vues surexposées.


Parmi les Profils, citons aussi l'intéressant Profil L.Monochrome D, très apprécié des photographes car il procure des noirs plus profonds.


MP4

En vidéo, le G90 propose un choix suffisant de résolutions vidéo pour un usage courant, allant du FHD à l'UHD en 30p, 25p et 24p en passant par le ralenti et l'enregistrement V-Log interne, sans surcoût (mais en 8 bits). Pas de 4K en 50p, privilège accordé au GH5 entre autres. Pour avoir du 50p / 60p, il faut descendre en 1080p.


Rappelons que le 8 bits désigne 256 nuances de couleurs tandis que le 10 bits correspond à 1024 nuances. Mais pour un usage courant, la différence avec le 4:2:2 10 bits passe inaperçue. Et l'appareil chauffe moins de ce fait.


La prise mini-HDMI délivre du 4:2:2 en sortie 8 bits (pas 10 bits !) si besoin, à raccorder avec un enregistrement externe (Atomos Shogun par exemple). A ce sujet, on regrette que Panasonic n'ait pas implémenté une vraie prise HDMI car cela contraint, pour des raccordements en HDMI, à acquérir un adaptateur. Au passage, signalons que la prise HDMI n'est pas fournie.


Comme toujours chez Panasonic, les débits proposés en 4K ("UHD") sont élevés (100 Mbps) et nécessitent des cartes rapides SDXC U3. Attention donc à la gourmandise du débit à 100 Mbps : un enregistrement en 4K sur carte de 64 Go ne tient qu'1H25 contre 5H en FHD à 28 Mbps par exemple ou 6H40 en 20 Mbps.


Bon, la seule solution qui vous reste pour réduire le débit est de filmer en 1080p. En plus, vous pourrez filmer en 50p / 60p.


Ralenti

Le ralenti surnommé "haute vitesse" est disponible en FHD seulement entre 50fps et 120fps. A cette dernière vitesse, il procure une sensation de Ralenti immédiatement visible et plutôt de qualité. On reste loin des 180fps d'un GH5 et pas de Ralenti en UHD qui plus est. Mais une telle décomposition du mouvement peut dépanner pour des mouvements sportifs ou animaliers. Un éclairage substantiel de la scène est requis pour filmer à 120 images / seconde. Autre bémol, pas de son mais c’est assez logique. Pas non plus d’AF, il faut donc l’anticiper mais la mise au point manuelle reste possible en cours de route fort heureusement, sans être bloqué.


G90 limite enregistrement

Autre aspect frappant, et non des moindres, le G90 enregistre en illimité sans la fameuse limite taxière des 30 minutes. Il égale donc les GH5 / GH5s, FZ2000, et le moins connu GH4R qui fut le premier dans la gamme Lumix à s'affranchir de cette limite. Bref, c'est comme un camescope ! Il fait même mieux que le G9, qui en est incapable. Il faut donc croire que Panasonic a surpassé les problèmes de chaleur habituellement réservés aux boîtiers hauts de gamme, et conçu ce modèle avec l'idée d'en faire vraiment un boîtier aussi à l'aise en photo qu'en vidéo.


Ceux qui pensent que l'enregistrement continu ne sert à rien, attendu qu'on filme à 99% des scènes n'excédant pas 30 secondes, se trompent ! Lorsque vous filmez un débat, un concert ou une pièce de théâtre, il est indispensable que le boîtier enregistre au-delà des 30 minutes. Et attendu que ce type de manifestation peut nécessiter plusieurs caméras, et que le G90 est à proposé à un prix attractif, ce modèle pourra intéresser des clubs vidéo par exemple ou des petites structures travaillant en binôme, voire un indépendant avec 2 caméras.


Techniquement, l’enregistrement est découpé en de fichiers de 4 Go (4,29 Go pour être précis) qu'il stocke dans la mémoire. Pour rappel, ce découpage automatique est dû au système de fichiers FAT32 qui limite les fichiers à 4 Go environ. Il suffit ensuite de les aligner sur la piste de montage, je n'ai jamais constaté la moindre image "sautée" avec d'autres boîtiers Lumix. Bref, un sacré atout supplémentaire pour le G90 !



(Test Panasonic Lumix DC-G90)

Prise en mains, écran, batterie, slot

poignée-grip

La prise en mains du G90 est confortable. La poignée-grip est suffisamment profonde et granuleuse, aucun bouton n'est difficile d'accès. Le transport est également apprécié. Sur la balance, le G90 est dans un entre-deux. Il affiche un poids de 533 grammes nu, ou 759 grammes 12-60 mm compris. On grimpe à 798 grammes avec l'optique H-FSA14140. Avec un G9, on est à 658 grammes nu, 923 grammes avec le même 14-140mm. Et avec un GH4+12-35, on est à 884 grammes. Dans tous les cas de figure, chez Panasonic, le G90 est donc plus léger, allant jusqu'à 150 grammes de différence avec les autres boîtiers Panasonic, sans nuire à la stabilité.


En revanche, si on compare le G90 à des concurrents aux caractéristiques voisines, un Fuji X-T30 ne pèse que 383 grammes nu et un Sony a6400, seulement 403 grammes nu.


Tropicalisé

Comme le G90 est tropicalisé, on peut aller presque partout avec ce boîtier dans la mesure où les joints sont censés résister aux éclaboussures, à la poussière et aux températures « froides » (-10° C). L’humidité est censée lui résister, à hauteur de 80% de taux d'humidité. Si besoin, le Grip optionnel est tropicalisé comme le boîtier. Toutefois, tropicalisé ne signifie pas que vous pouvez shooter sous une pluie battante, loin de là. …


L'alliage est en magnésium.


Bouton rouge G90

La balance, ISO et expo sont faciles d’accès. Le bouton rouge d'enregistrement vidéo qui a été un des premiers sur un boîtier photo, reste sur le dessus (comme sur le GH5). Déroutant au début, il est finalement plus facile à enclencher. Autre option plus simple : paramétrer le déclencheur comme un bouton vidéo. C'est pratique ! Le déclenchement est quasi immédiat. Quelques loupés à l'arrêt si on n'appuie pas assez fort.


Le témoin d'enregistrement à l'écran est visible à condition de désactiver les autres affichages (touche Display). Sinon il est un peu "noyé".


À l'arrière, pas de Joystick de mise au point au sommet comme sur le GH5. On ne peut pas tout avoir des grands !


Le Menu est confortable et bien agencé.


G90 Fn
Malgré sa supériorité moins flagrante, le G90 dispose de plusieurs boutons de personnalisation Fn. Deux seulement sont immédiatement visibles (Fn2 et Fn3) mais en réalité il y a jusqu'à 10 boutons Fn en enregistrement (2 en Lecture) dont plusieurs accessibles depuis l'écran permettant d'assigner un réglage de son choix parmi les 12 pages du Menu (!). Par contre je trouve que les Préréglages des boutons Fn2 et Fn3 méritent de rester tels quels, car ils s'avèrent très utiles. La touche Fn3 permet de jongler entre le viseur et l'écran, tandis que Fn2 offre le raccourci indispensable entre les profils d'image, les résolutions, les modes de mesure, les modes de mise au point, etc.
écran

L’écran paraît classique puisqu'il est tactile et légèrement plus petit que celui du GH5 (3'' au lieu de 3,2’’). Il est aussi moins défini (1.040.000 pixels au lieu de 1.620.000 pixels). Cela dit, on apprécie rudement qu'il soit orientable horizontalement à 180° façon "GH", c'est un grand plaisir que tous les possesseurs de GH apprécient. Sont ajustables la Luminosité, le Contraste / Saturation, et certaines Tonalités de couleurs...


Particularité supplémentaire, cet écran est de technologie OLED, ce qui concoure théoriquement à une meilleure visibilité d'angle mais très franchement, je n'ai pas bien vu la différence avec l'écran d'un GH4 par exemple. En plein soleil, le G90 l'emporte peut-être un peu. Notez qu'on peut aussi afficher un histogramme et le Ze ,bra Pattern sur l'écran.


Le viseur électronique OLED lui aussi, est mieux résolu avec ses 2360 K-points. Il est confortable avec son grossissement de 0,74x, et offre selon Panasonic une visée grand-angle mais malgré tout, il faut souvent regarder dans les coins pour apercevoir toute la surface de l'image cadrée.


La détection oculaire est présente et peut s'ajuster selon deux sensibilités, Faible ou Élevée. Attention à votre main qui risque de passer devant le viseur alors que l'écran est ouvert et qui du coup, éteint ce dernier, mais vous verrez selon votre propre usage.


Enfin le viseur dispose d'un mode ECO visant à économiser la batterie moyennant un réglage variable de 1, 3, 5, ou 10 secondes (ou Auto).


batterie

La batterie s'éjecte par le dessous. Sur trépied, le logement est suffisamment éloigné du pas de vis, il ne bloque pas l'éjection de la batterie. En photo, avec la batterie DMW-BLC12, on peut enregistrer en théorie jusqu'à 290 photos ou même jusqu'à 1000 vues en mettant en action le mode Économie d'énergie et moyennant une utilisation seulement au viseur. Dans la pratique, c'est souvent un peu plus. Détail remarqué, le chargeur autonome est fourni et il est indépendant du boîtier, c'est tellement apprécié !


En vidéo, l'autonomie est donnée pour 45 à 55 minutes effectives (Panasonic le précise, c'est bien ! ) selon l'optique utilisée ou surtout, la résolution utilisée. C'est un peu moins qu'avec un GH5 qui promet 55 à 60 minutes réelles et qu'un ancien GH4 qui caracole en tête avec 105 à 115 minutes réelles. Cette autonomie double exactement (90 à 110 minutes) si on filme en continu, ce qui est une donnée précieuse à connaitre dans le cas de l'enregistrement d'un spectacle par exemple.


En résumé, c'est assez faible en tournage effectif avec allumage / extinction fréquente du boîtier. Il faudra donc s'équiper au moins d'une batterie supplémentaire DMW-BCL12E (d'origine environ 50 euros, sinon 20 euros en générique chez Patona). Les photographes investiront peut-être dans le grip proposé en option (349 euros). Grip qu'on peut fixer pour disposer de 2 batteries. On peut aussi adopter une stratégie d’économie qui va de la veille d'écran à l'utilisation minimale de l'écran en passant par la désactivation du stabilisateur sur pied ou la désactivation du Wi-Fi.


Observez que le nombre de barres est assez peu fiable, au sens où la progression peut mettre "longtemps" avant de passer de 4 à 3 puis descendre de 3 à 2 puis de 2 à 1 assez rapidement. Lorsque le voyant rouge de batterie clignote, il vous reste encore un petit sursis (environ 5 minutes) mais ne tardez pas trop.


Autre détail : quand on éjecte le compartiment batterie, celle-ci est retenue, évitant de tomber sur le sol. C'est bien mais du coup, on a presque du mal à l'extraire parfois.


G90

Tout est regroupé du côté gauche, comme à son habitude chez Panasonic. Pas d'USB-C ici, mais une prise classique USB 2.0 Micro-B pour la recharge ou la décharge sur ordinateur, et une micro-HDMI TypeD plus difficile à relier que la vraie HDMI. Aucun câble HDMI ni adaptateur n'est fourni. En revanche, le fabricant a implémenté à la fois les 2 connecteurs Micro et casque et même la prise télécommande 2,5 mm.


slot G90

Un seul slot SD au lieu de deux sur le GH5. Par conséquent, ni backup, ni mode Relais, ou simultané. Mais même avec 2 slots, la gamme Panasonic interdit par exemple d'enregistrer deux contenus dans deux résolutions distinctes (par exemple 4K et FullHD)... De toute manière, il fallait bien que le G90 concède quelques manques vu son tarif ! Mais il accepte les cartes de type UHS-I et UHS-II.


La carte s'introduit sur le côté. Et ce logement mérite qu'on s'y arrête... pour le regretter. En fait, c'est toute la gamme qui est critiquable sur ce point. Car l'ouverture nécessite d'exercer une pression avec le doigt et l'ongle. Et à force, l'ongle endommage le plastique. Pour preuve, je possède un GH4 dont la fente de la trappe a fini par se détériorer (après plusieurs années) au point de rendre difficile l'ouverture.


En tout cas, un conseil simple et me semble-t-il judicieux : malgré le caractère intrinsèquement amovible de la carte mémoire, évitez le plus possible de la sortir de son logement entre deux décharges sur ordinateur. Utilisez plutôt le câble dédié. Vous éviterez le phénomène que je viens de décrire et vous économiserez à la fois le lecteur interne et la carte mémoire, qui à force d'être extraite, est rudement sollicitée.


Wi-Fi
Le G90 est bien évidemment compatible Bluetooth et Wi-Fi en connexion avec l'excellente application gratuite Image App. C'est du régal pour transférer ses images sur smartphone ou surtout, pouvoir visualiser et télécommander à distance l'appareil photo. Le jumelage avec l'appareil photo est possible depuis un smartphone / tablette iOS ou Android avec une grande facilité, du moment que le code QR qui s'affiche sur le boîtier photo-vidéo est reconnu. Il existe d'autres modes de connexion mais c'est le plus simple.
Image App G90

De très nombreuses commandes et réglages sont accessibles comme l'accès au Menu, le changement de Profil, de résolution, le changement de MAP, la lecture, etc.. un plein écran est possible également. L'application Image App permet aussi d'ajouter des coordonnées GPS.



(Test Panasonic Lumix DC-G90)

Audio

audio

L'enregistrement sonore s'effectue via les capsules stéréo situées de part et d'autre de la griffe porte-flash. Un emplacement opportun où on ne pose pas ses doigts. Prises casque et micro sont bien visibles. Contrôler le son est facile, via le casque ou l'affichage (activable) en bas à gauche de l'écran le niveau du Micro.


micro

Le niveau sonore d'enregistrement peut être réglé facilement sur 19 niveaux. On peut également utiliser la prise Micro dédiée pour y brancher un micro en mini-jack. Un essai effectué avec deux micros vidéo (Videomic et Boya BY-BM3032) connectés en jack 3,5mm, ont été pleinement convaincants. Un limiteur existe, (dés)activable qui minimise les déformations sonores lorsque le volume est trop élevé. Mais le limiteur audio a aussi ses inconvénients, de faire redescendre le son fortement à chaque poussée. Affaire de choix.


Alternative au limiteur, on dispose aussi d'un limiteur du bruit du vent, paramétrable sur 2 positions (+ Off). A utiliser avec modération.


Le volume du niveau casque s'ajuste avec un nombre de paliers impressionnant. Avec l'habitude, vous ajusterez le "bon" niveau". Un petit défaut que seuls ceux qui exploitent ce type de boîtier connaissent, a été corrigé, c'est celui qui empêchait de connecter un casque et d'incliner l'écran, puisque celui-ci butait dessus ! Panasonic a trouvé la parade en éloignant la prise casque, implémentée sur une seconde rangée. Il suffisait d'y penser !


Le rendu audio est correct, habituel aux hybrides de la marque. Les timbres des voix sont bien restitués. L'appareil est silencieux, même au déclenchement car l'Autofocus reste très discret, et l'obturateur électronique est lui-même silencieuxBien sûr, si vous actionnez les deux molettes de réglages ou la bague des focales, le bruit de leur manipulation s'entend.



(Test Panasonic Lumix DC-G90)

Qualité image et Sensibilité

Qualité G90
qualité image G90
qualité image G90

Le G90 produit une image assez piquée et sans dominante marquée. Les images RAW font ressortir beaucoup de détails, même si on est dans la limite d'un capteur M43. En vidéo, que ce soit en FullHD, ou en 4K, les images se tiennent puisque le capteur 20 Mp est un héritier des GH5, GX9 et G9, très bons par ailleurs. Les teintes chair sur la peau sont respectées. Les fort contrastes sont difficiles à gérer, il faut s'en méfier. Mais la palette très importante de réglages (presque trop) rend possibles le dosage fin de l'image.


La faculté d'enregistrer en 24p procure un atout supplémentaire à ceux qui ont un faible pour l'image au rendu cinéma.


G90 sensibilité

Côté sensibilité, la largeur du capteur micro 4/3 est évidemment en retrait par rapport à un grand capteur comme celui du Lumix S1 par exemple. Et donc ce type de capteur interfère sur la sensibilité. Pas non plus de fonction Dual Iso comme sur le GH5 / DC-S1, etc.


Mais le G90 se défend. A comparer avec un GH4, le G90 l'emporte d'une courte tête avec une différence qui s'exprime surtout à partir de 3200 Iso, voire 1600 Iso. Le bruit est présent mais un peu moins "plat de lentilles" qu'avec le GH4. Le G9 ou le GH5 par contre restent un cran supérieur au G90. Cependant la différence reste assez faible et ne vaut pas la peine de déconsidérer le G90 pour ce seul motif. Il faut vraiment passer au DC-S1 pour commencer à sentir une nette différence.


D'un point de vue pratique, le G90 propose dans le Menu des réglages pour la limite Iso auto inférieure et supérieure, allant de 200 iso à 25600 Iso (100 Iso en Sensibilité étendue). En tournage, l'accès direct aux Iso s'effectue facilement depuis la touche Iso supérieure, rien à redire... Enfin, notez que le Flash pop-up a été visiblement redesigné sur le modèle du G9.


sensibilité
En mode Films Créatifs, on bénéficie de la même logique de limite inférieure et supérieure via 6 paliers entre 200 et 6400 Iso. Le G90 s'est refusé à aller jusqu'à 25600 Iso, car l'image est déjà limite à 6400 Iso. Le G90 se défend comme il le peut jusqu'à 1600 Iso. La qualité est au-dessous d'un Lumix S1 et même d'un GH5 bien sûr qui bénéficient de filtres de réduction de bruit plus performants. En 4K, la sensibilité est encore un peu plus problématique car le G90 n'exploite pas toute la surface du capteur. Cependant on est au-dessus d'un GH4 par exemple.


(Test Panasonic Lumix DC-G90)

Mise au point, AF, avec le G90

technologie DFD

Le G90 défend la logique de l'AF à détection de contraste et la technologie DFD (Depth From Defocus), héritée des G9 / GH5, qui calcule la distance avec le sujet en évaluant 2 images avec des niveaux de netteté différents mais analyse aussi la forme, la taille et le mouvement du sujet. Cette technologie à base de détection de contrastes n'est pas réputée aussi bonne que sur les appareils de la concurrence, à détection de phase, mais l'AF du G90 se défend bien, sauf lorsqu'il est victime en vidéo de micro-hésitations, notamment par faible sensibilité.


Le nombre de collimateurs est modeste (49) et la mise au point se réalise en 0,07 secondes (presque aussi bien que le GH5 qui est de 0,05s et mieux que le FZ1000 Mark II qui concède 0,09s). Cependant la rapidité de l'AF n'est pas terrible par défaut, il faut l'ajuster dans le Menu (voir plus loin). Il y a surtout des hésitations classiques chez Panasonic, partiellement résolues sur le GH5 mais qui persistent sur le G90.


En photo, mention spéciale pour le Post Focus qui est pratique pour choisir après coup la zone de mise au point entre un avant-plan et un arrière-plan.


G90

Les modes classiques sont présents tels que AFS / AFF et AFC. Pour la vidéo, AFS est la plus simple si le sujet est fixe (monument, paysage...), mais AFF (prédiction du mouvement) est préférable, sinon vous pouvez choisir AFC, très proche, ou encore bien sûr MF, la mise au point manuelle. Tous les modes sont disponibles excepté à Vitesse Élevée qui n'accepte pas d'AF.


Côté zones de mise au point, Panasonic (et nombre de testeurs) conseillent pour un usage courant de sélectionner le mode AF 1-zone qui est le plus sûr.  Il n'interdit pas de déplacer le sujet dans la zone appropriée.


Pour des usages plus spécifiques, on dispose du mode de Détection visage / oeil qui fonctionne plutôt bien, sauf qu'on ne peut pas passer de la Détection Visage à celle de l'Oeil. On préfère nettement le mode "Suivi". Ce dernier mode AF s’applique à n’importe quelle forme et pas seulement à un visage. Vous ciblez un sujet sur lequel vous alignez la zone de la recherche MPA (Mise au Point Automatique) qui se présente sous la forme d'un carré. Si la cible est identifiée, la zone de recherche MPA devient verte tant que vous maintenez l'obturateur, et passe au jaune quand vous relâchez. L'intérêt ? Quel que soit votre cadrage par la suite, la mise au point reste fixée (verrouillée) sur cette cible, même si le sujet est mobile.


On peut également "prendre la main" sur le mode Suivi. C'est à dire qu'on peut déplacer sur écran le carré qui s'affiche (on peut en plus agrandir / diminuer la zone), même avec l'oeil dans le viseur, le doigt sur écran (éteint !), pour pointer la zone à mettre au point. Notez que la même logique peut s’appliquer à l’exposition. C'est vraiment une fonction très pratique.


Côté assistances visuelles, on retrouve l'Assistant MF qui agrandit la zone de mise au point (loupe).  Notez que par défaut, la "Loupe" s'affiche en PiP par grossissement dans un carré (entre 3x et 6x, déplaçable). On peut aussi paramétrer un Plein écran (Full) selon votre préférence. Notez que la loupe s’affiche au départ mais disparaît une fois l’enregistrement commencé.


focus peaking
Autre assistance visuelle bien connue, le Focus Peaking colorie la zone de mise au point. Le peaking fonctionne assez bien mais c’est une fonction dont le réglage peut induire en erreur. En fait, lorsque le niveau de détection est placé sur Élevé, les parties mises en évidence sont affinées, donc réduites (!), et non pas amplifiées, afin de permettre d’effectuer une mise au point plus précise.
AF+MF

La mise au point du G90 comporte de très nombreux réglages propres à la vidéo. On peut dire que Panasonic a chargé la barque, comme sur les GH5 / GH5s / G9, peut-être un peu trop d'ailleurs ! Bien sûr, on peut tout régler en automatique et ne s'occuper que du choix du bon mode AF.


Le réglage le plus important de mon point de vue est la fonction AF continu, désactivée par défaut, et disponible uniquement en vidéo. Je vous conseille de le placer sur Oui car il vous permettra de rester net automatiquement quand vous passez d'un sujet à un autre (si le sujet a suffisamment de contraste) sans nécessiter d'appuyer à mi-course. A défaut, si vous placez AF continu sur Non, il se verrouillera sur le sujet enregistré au départ et n'en bougera plus !


AF précis

Mais on dispose de bien d'autres réglages qu'on est tenté d'essayer.


On peut ainsi régler la Vitesse AF et la Sensibilité AF. La sensibilité est intéressante car plus vous l’augmentez, plus l’AF va réagir vite lorsqu’une personne (ou un animal) se dirige vers vous par exemple. On peut aussi placer des changements de Focus à l’avance… Un peu dur à manier mais pratique si on en a l’usage.


Le réglage AF Rapide, un peu perdu dans les arcanes du Menu « MAP / Relâcher déclencheur" est très précieux car aussi longtemps que le G90 sera stable (ou sur trépied), il réglera automatiquement la MAP, la MAP sera par ailleurs plus rapide lorsque le déclencheur sera pressé.


La Zone de Focus direct permet, alors que le G90 est en train d'enregistrer, de déplacer la Zone de Mise au Point (le carré jaune), ce qui autorise de modifier la zone de mise au point en cours d'enregistrement.


Parmi les autres fonctions, on trouve aussi le paramètre AF/MF. Placé sur Oui, celui-ci permet d'exercer une mise au point manuelle sans quitter le mode Autofocus choisi. Le mode AF / MF sert ainsi à autoriser une mise au point manuelle quand l'automatisme défaille, en affichant la Loupe.


reprise objctif
Le G90 dispose d'une autre nouvelle fonction bien utile : la reprise position objectif . Elle ne doit pas être confondue avec la reprise de zoom qui existe sur d’autres appareils, notamment des camescopes. La reprise position objectif sert la mise au point : elle permet de récupérer sa mise au point manuelle telle qu'on l'a effectuée, car on la perd même quand on éteint l’appareil, même si on n’a pas tourné la bague (la MAP est électronique, pas mécanique). La fonction est donc fort utile lorsque la MAP est difficile à faire : animal, objet en contre-jour difficile à mettre au point. Il n’y a pas d’inconvénient à laisser le réglage de reprise d’objectif sur « Oui »


(Test Panasonic Lumix DC-G90)

Divers réglages images du G90

V-log L
Le G90 revendique de nombreux styles d'images, valables en Photo comme en Vidéo, qu'on retrouve sur toute la gamme. Il s'agit des Profils Cine-Like D, Cine-Like V, Standard, Naturel, etc. qui possèdent des Profils de couleurs préétablis que l'on peut changer en faisant varier Contraste, Netteté, Réduction du bruit et Saturation. A ces Profils il convient d'ajouter le V-log L en 8 bits. C'est la toute première fois qu'un modèle "G" intègre ce Profil particulier. Le V-log L permet de dessaturer complètement l'image pour lui redonner contrastes et colorimétrie de son choix avec un logiciel professionnel. Les esprits chagrins feront remarquer qu'en 8 bits, on a moins de nuances de couleurs et de gris qu'en 10 bits mais c'est mieux que rien sans doute, d'autant que le V-log a parfois été payant chez Panasonic (jusqu'à 100€). Par contre pas de Profil 709Like réservé aux GH5 / GH5s.
ombres et lumières

On profite sur le G90 du précieux réglage Hautes Lumières / Ombres, et dans une moindre mesure, des modes i.dynamique et i.résolution qu'on vous conseille toutefois de ne pas trop toucher.


Pas non plus de réglage du Pedestal (pas un mal...) ni de filtre ND interne comme sur le FZ2000. En fait, il n’y a pas suffisamment d’espace pour loger un tel filtre entre la lentille et le capteur. Pour que ce soit possible, il aurait fallu qu’il n’y ait pas d’optique interchangeable. C’est donc le cas seulement avec le bridge FZ2000 qui en dispose.


Le mode HDR vidéo manque aussi à l'appel, il a été conservé seulement pour la Photo. On voit mieux ce qui explique la différence entre un G90 et un G9 ou un GH5.


WB

Au sommet 3 touches : WB, Iso et iris. Le raffinement de Panasonic, c'est d'avoir conçu 3 touches différentes au toucher, pour pouvoir shooter à l'aveugle, l'oeil collé au viseur. Bien vu !


Notez qu'il existe 3 balances des blancs désormais. Via la touche supérieure WB, on peut choisir entre la balance éabc, éabcw ou éab classique : dans le premier cas, les tons rougeâtres sont supprimés, et la tonalité de la scène peut être considérée comme un peu plus « froide ». Dans le second cas, ils sont préservés. Avec la balance éab classique, ils sont automatiques. Notez qu'on peut toujours ajuster très précisément la balance grâce au pavé de couleurs.



(Test Panasonic Lumix DC-G90)

Photos du G90

Photos réalisées avec l'optique 12-60 mm et disponibles (pour la plupart) en RAW en rubrique Téléchargement
Lumix DC-G90

46 mm - 1/400 - f/8 - Iso 200


 


Lumix DC-G90

12 mm - 1/250 - f/5.6 - Iso 400


 


Lumix DC-G90

12 mm - 1/200 - f/4.5 - Iso 200


 


Lumix DC-G90

12 mm - 1/160 - f/5.6 - Iso 200


 


Lumix DC-G90

20 mm - 1/125 - f/5.0 - Iso 200


 


Lumix DC-G90

27 mm - 1/160 - f/6.3 - Iso 200


 


Lumix DC-G90

12 mm - 1/320 - f/5.6 - Iso 200


 


DC-G90

12 mm - 1/400 - f/6.3 - Iso 400


 


DC-G90

12 mm - 1/20 - f/3.5 - Iso 1250


 


DC-G90

17 mm - 1/500 - f/8.0 - Iso 400


 



(Test Panasonic Lumix DC-G90)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Acheter

PANASONIC LUMIX DC-G90 NU

PANASONIC LUMIX DC-G90 + 12-60MM

Aide Digit-Photo

Le site de vente en ligne DIGIT-PHOTO est un spécialiste du secteur photo-vidéo, pour amateurs comme pour professionnels. C'est une enseigne sérieuse que nous vous recommandons. Le site est basé en France (à Metz), il applique le droit français (TVA) et paye ses impôts... en France ! :)
Les tarifs sont alignés sur ceux des autres sites avec la TVA, ce qui vous évite tout problème ultérieur avec les douanes.
Les frais de port sont gratuits dès 40 € d'achat, avec une expédition en 24H.

Retourner le matériel est possible et facile. Il dispose d'un magasin physique si vous souhaitez y tester un appareil.

C'est un site que nous avons testé avec des ventes réelles avant de devenir partenaire. Et les résultats ont été très bons.

Nous percevons un petit pourcentage sur les ventes, sans que le prix soit plus élevé pour vous, bien entendu.

Prix fabricant : 889 Euros Prix fabricant : 1100 Euros

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 1 avis d'internautes et donner le vôtre